UN DUCHÉ CONVOITÉ

Le trône de Bretagne revenait à FRANCOIS II. Le duché jouissait d’une paix bienvenue après la guerre de cent ans entre la France et l’Angleterre et la guerre de succession de Bretagne.

Cet affrontement entre Penthièvre et Monfort s’était conclu par la victoire de ces derniers.

Le Duc sut en profiter pour créer une université à Nantes, sa capitale. Il encouragea le commerce et l’industrie; il veilla à la fondation d’une imprimerie.

En 1461 un personnage peu recommandable hérita du trône de France Louis XI.

Il n’admit pas que le duc de Bretagne refusât de lui rendre hommage en tant que vassal.

Comme ses prédécesseurs, François II affirmait que le duché n’avait jamais dépendu du royaume de France.

Comme le roi, il est duc «par la grâce de Dieu». Il fait battre monnaie d’or et d’argent. Il reçoit des ambassadeurs …

 

LA BRETAGNE EST PROSPÈRE

Johan de Meshino

 

 

François II, ne cédant pas aux exigences de Louis XI, celui-ci déclare la guerre à la Bretagne. De 1465 à 1480 Louis XI harcèle le duché, usant de ruses auprès de ses alliés, incitant les nobles bretons à la trahison. François II résiste.

En 1480 Louis XI croit racheter aux Penthièvre, par un pacte resté secret, les droits à la couronne ducale.

François II cherche des alliances…

LOUIS XI meurt.

 

 NAISSANCE D’ANNE

La régence est assurée par sa digne fille Anne de Beaujeu.

 Elle profite de querelles entre certains nobles bretons et le duc pour leur faire signer un pacte reconnaissant Charles VIII le dauphin de France comme héritier du trône de Bretagne.

En 1487 les Français attaquent de nouveau.

Si les grands seigneurs ( Rohan, Rieux …) trahissent leur duc, la petite noblesse, les bourgeois et le peuple le soutiennent.

Anne est la fille aînée de François II. Elle est née à Nantes en 1477.

Malgré les intrigues de Louis XI puis d’Anne de Beaujeu, Anne est l’héritière du duché.

HÉRITAGE: un duché en péril !

En 1488 les Français sont  « boutés » hors de Bretagne. Les grands seigneurs se rallient au duc. Mais la régente ne renonce pas !

Le trésor ducal est à sec. Le duc sacrifie sa fortune personnelle pour lever des troupes qui comptent des Espagnols, des Gascons, des Allemands et des Anglais.

Les deux armées s’affrontent à Saint-Aubin-du-Cormier.

6000 morts du côté breton !

L’Angleterre est restée sourde aux demandes de renforts. Il faut obtenir la paix.

 

UNE DURE DÉFAITE

Elle est lourde de conséquences: Anne de Beaujeu exige que François II rende hommage au dauphin Charles VIII et surtout qu’il ne pourra marier ses filles sans l’assentiment du roi de France.

Le traité de Sablé dit « Traité du Verger » est signé le 10 AOÛT 1488 

François II meurt en septembre, désespéré.

 

 

 

 

Jean de Penguern

Par testament il a désigné comme tuteur d’Anne le maréchal de Rieux.

Anne a 11 ans 

Une captation d’héritage

Deux semaines après la mort de François II Charles VIII, roi de France, pose un ultimatum: il exige la tutelle du duché. Il se réfère à l’accord de 1480.

Cet accord s’avère inapplicable et le conseil ducal résiste.

La France déclare la guerre à la Bretagne pour «laver  l’affront».

D’un côté une armée puissante de l’autre une enfant et des seigneurs divisés qui profitent de sa jeunesse et de son inexpérience…

Il faut marier Anne pour trouver des alliances.

UN BEAU PARTI

Il ne manque pas de prétendants :

* Maximilien d’Autriche

* L’infant de Castille

* Le duc de Buckingham

* Le vicomte de Rohan

* Le sire d’Albret, (présenté par de Rieux) ce dernier laid, coléreux et déjà père d’une famille nombreuse.

Mais Anne a du caractère elle refuse d’Albret. Ce qui provoque la colère et d’Albret et du maréchal de Rieux. Ils attaquent le château de Nantes pour s’emparer du trésor ducal et mettent à sac les appartements.

 

Avec quelques fidèles dont Montauban qui lui est tout dévoué, Anne se réfugie à Rennes où c’est un triomphe.

Elle est couronnée duchesse de Bretagne le 10 Février 1489.

La Bretagne est divisée en trois: l’armée de la Duchesse, celle des seigneurs devenus traîtres et l’armée du roi de France; chacune combattant les deux autres.

La Duchesse dépouillée de ses biens ne doit son salut qu’au peuple et aux villes qui lui procurent leur aide.

Les pays étrangers en guerre contre la France lui envoient des troupes et les envahisseurs sont chassés.

UN PAYS DÉVASTE

Après toutes ces guerres la situation économique du duché n’est guère reluisante. Les soldats soumettent le pays à toutes sortes d’exactions.

 


 Malgré sa jeunesse, Anne fait preuve de maturité et administre le duché. Elle punit les pillards et les seigneurs coupables d’abus envers le peuple. Elle s’initie aux finances.

En mars 1490 Anne décide de faire le tour de ses états.

Elle parle breton, mais aussi français, latin, grec, allemand et anglais que lui enseigne sa gouvernante.

Les paysans apprécient sa simplicité lorsqu’elle leur parle breton (appris grâce à sa nourrice) ou qu’elle chausse des sabots de bois, comme eux, pour affronter la boue des chemins en descendant de sa monture ou de sa litière.

Elle est connue comme la …

.Duchesse aux sabots de bois ou Dugez he botou koad , en breton.

LES MARIAGES

Charles VIII menace à nouveau.

Il est temps pour Anne de trouver sinon de choisir un mari.

Maximilien d’Autriche: il a trente ans, il est cultivé et peut hériter de la couronne impériale.

Anne accepte.

Mais Maximilien ne fera pas le voyage. C’est un mariage «par procuration» ; un ambassadeur le représente à la cérémonie. Il introduit une jambe dénudée dans le lit ducal et en touche la jambe nue de la princesse.

Quel affront pour Charles VIII!

D’Albret (repoussé par la duchesse) livre la ville de Nantes au roi et l’armée française envahit le duché excepté Rennes où se trouve Anne.

Malgré les demandes de renforts à ses alliés et à son « mari » Maximillien personne ne lui vient en aide.

Rennes assiégée, connaît la famine. Anne doit signer un traité infâmant.

C’est alors que Charles VIII par une étonnante volte-face, demande la petite duchesse en mariage!

Anne est choquée: ils sont tous les deux mariés, et, ironie du sort, Charles VIII est son gendre car il a épousé la fille de Maximilien. Par contre l’entourage d’Anne voit des avantages à cette union qui mettrait fin aux guerres incessantes. Aucun des deux mariages n’a été consommé.

Mais Anne déteste le roi de France.

 

CHARLES VIII

Elle n’a que quatorze ans …Charles est loin d’être séduisant et il est peu cultivé. Il écrit à sa sœur :

« Madame, vous allez être satisfaite. J’ai pris Rennes et la fille qui est dedans, par les moyens que je souhaitais »

 

Quand on sait qu’il a pénétré par ruse dans les appartements d’Anne!!

Anne se sacrifie et épouse son pire ennemi en 1491.

Elle doit promettre qu’en cas de décès prématuré du roi elle épousera son héritier.

Son royal époux est infidèle, paresseux et elle arrive à le dominer.

Elle est reine de France mais aussi duchesse de Bretagne et elle veille à la prospérité de son duché.

En 1492 elle fait rétablir ses privilèges. Elle donne naissance à Charles-Orland. Il décède à l’âge de quatre ans, victime de la variole.

Ses autres enfants ne vivent pas.

En 1498 Charles VIII heurte le linteau d’une porte basse et meurt le soir même. Anne ne l’aimait pas mais en est chagrinée.

Elle retrouve sa Bretagne indépendante et tous ses droits.

Elle exige du nouveau roi la fin de l’occupation.

Louis XII a combattu pour la Bretagne alors qu’il était Duc d’Orléans.

Il est amoureux de la princesse et lui propose le mariage. Anne de son côté, n’est pas insensible.

L’avenir semble plus radieux. Hélas, le roi Louis XI avait contraint le duc à épouser sa fille Jeanne de France. Louis XII n’a jamais approchée celle-ci, repoussé par sa laideur. Il réussit à faire annuler son mariage pour offrir à la duchesse de fastueuses noces à Nantes, selon le vœu de sa promise.

 

Cette fois Anne dicte le contrat de mariage et pose ses conditions.

Louis XII accepte tout.

REINE ET DUCHESSE

Anne est une princesse cultivée.

Elle s’entoure de poètes, de musiciens, d’écrivains. Elle soutient les artistes. Comme son père elle aime à donner des fêtes. Mais elle est plus exigeante quant à la tenue et à la moralité. Sa cour compte une centaine de dames qu’elle veut élégantes mais vertueuses et pieuses.

Le niveau de la cour en France s’en trouve relevé.

Elle mûrit et accompagne son époux dans ses obligations.

Mais elle est seule à administrer sa « principauté ».

Après la mort prématurée de deux fils, Anne donne naissance à deux filles. Claude en 1499 et, plus tard, Renée.

L’ORDRE DE LA CORDELIERE

Anne souffre des conflits avec le Vatican, dus aux annulations des mariages. Car Anne est pieuse.

Elle fonde un ordre féminin chevaleresque.

C’est l’ordre de la Cordelière en l’honneur de saint François d’Assise franciscain dont l’insigne était une cordelière. N’y étaient admises que demoiselles et dames nobles irréprochables.

 En 1 504 elle est à nouveau couronnée reine de France !

 

LA MARIE-CORDELIÈRE

Après la mort de Charles VIII Anne veut faire redémarrer la puissance maritime de la Bretagne.

Elle commande aux chantiers de MORLAIX un vaisseau qui lui coûte une fortune.

Elle le baptise «la Marie–Cordelière».

Louis XII a besoin de navires pour se lancer dans une croisade contre les Turcs.

A son retour triomphal à BREST la Cordelière doit être réparée. Anne paie.

ANNE BOUDE

Anne de Bretagne atteint le but de sa vie: faire reconnaître par la France l’indépendance de son duché.

 

Malheureusement elle n’a que des filles et le sort de la Bretagne est, une fois de plus, lié au choix de ses alliés, donc aux mariages des héritières.

Le trône doit revenir à l’aînée Claude.

Anne ne veut pas d’un prince français. Elle obtient de Louis XII de fiancer Claude à Charles d’Autriche (futur Charles Quint). Mais le roi de France craint d’être encerclé.

 

La même année Louis XII est malade et décide de rompre les fiançailles et donne la préférence à François Angoulême son successeur. Anne attristée ne discute plus.

Louis XII guérit et ne revient pas sur sa décision.

 

LE TRO BREIZH

Elle retourne en Bretagne et y reste. Elle va de ville en ville accueillie par des volées de cloches et des airs de biniou. C’est encore un triomphe.

 

Les Bretons aiment leur duchesse.

 

 Passant par Morlaix, elle entend parler d’un certain HERVE DE PORTZMOGUER. Pirate ou corsaire? Les deux probablement; il n’a pas bonne réputation.

Elle lui confie néanmoins le commandement de la Cordelière.

Louis XII perd patience : elle ne revient que cinq mois après…

LE 10 AOÛT 1512 HERVE DE PORTZMOGUER entraîne dans la mort le vaisseau anglais le Régent. Ils sombrent au large de Saint-Mathieu.

 

 IL ENTRE DANS LA LEGENDE

ANNE MEURT épuisée par les luttes incessantes et les grossesses LE 9 JANVIER 1514.

Elle est regrettée par les Bretons et …les Français.

La Duchesse a su préservé les privilèges de son duché mais à sa mort ceux-ci disparaissent.

ELLE ENTRE DANS L’HISTOIRE et LA LEGENDE.

A la mort de la reine Louis XII pleure beaucoup et se console vite.

 

 

 

Il en profite pour marier Claude à François d’Angoulême (futur François 1er).

 

 

 

 

Union qui consolide celle de la Bretagne à la France

Il meurt en 1515. En 1532 la Bretagne perdra son indépendance.

Ceci est une autre histoire

 Renée

Bibliographie:

Histoire de la Bretagne de Yann Brekinien.

Anne de Bretagne d’Henri Pigaillem

Revue Bretagne magazine

Le combat de La Cordelière de Jakez Cornou

Anne de Bretagne:

Textes: Geneviève Morgane Tanguy

Photographies: Heré Roné – Gwenaël Saliou

Laisser un reponse


  • Mots clés

  • Suivez-nous sur :